Béliza Troupé

ENGLISH:

The works testify

Work in progress, CL 2021

The Caribbean Linked VI Virtual Edition was a very special residency. It was a great experience.

At first sight, I found great resilience in this idea of ​​a virtual residency despite the rather dire circumstances of the global pandemic.

For me, the tangible side of the residency was manifested by the presence of the CL team as well as in our virtual conversations. The Caribbean link was really concrete.

During our first virtual discussion, I discovered some very talented artists with resonances and themes similar to mine. I was sensitive to the quality of their work. It was a great time for dialogue.

The dynamism of the group was palpable through our discussions with Akley, Claudio, Sarabel, the “likes” of Romelinda, Susana, Taisha and Samuel, the comments on each other’s posts. Ethan was following our posts, asking questions. There was a real synergy. The virtual meetings, the messages on the WhatsApp CL VI group, the good humor, the emails, all of this gave substance to this residence. The exchanges were very precious to me.

Meeting with curator Sofia Olascoaga (studio visit part 2)

I really appreciated studios visits by curators Sofía Olascoaga and Miguel A. López. We had a generous sharing of thoughts. Through my screen, like an interface, they were able to contemplate on my work. It was an open window on new pieces, new materials used and my residency in progress. They were able to see pencil line of my drawings, details of my embroidery and crochet, of the fabrics. In my work, I question the relationship to the body and the essential, to the intimate, to transmission, to materials. The works have testified for themselves. And, we understood each other. The curators were able to give me precious advice on materials to explore, artists echoing my work and above all their expert views on my work.

During the live conversations, I was able to go deep into the works of the artists, understand each other’s approach, learn about their questions and their stories. There was a lot of respect for everyone, for our careers and our work. It was a great moment.

This virtual edition opens the field of possibilities. It brought us together in this world of continuous construction, the virtual.


Français:

The works testify

Work in progress, CL 2021

Caribbean Linked VI édition virtuelle a été une résidence très particulière. C’était une belle expérience.

De prime abord, J’ai trouvé une belle résilience dans cette idée de résidence virtuelle en dépit des circonstances assez désastreuses de la pandémique mondiale.

Pour moi, le coté tangible de la résidence s’est manifesté par la présence de l’équipe CL, ensuite, dans nos conversations virtuelles. Le lien caribéen était vraiment concret.

Lors de  notre première discussion virtuelle, j’ai découvert des artistes très talentueux avec des résonnances, des thématiques similaires aux miennes. J’ai été sensible à la qualité de leurs travaux. Cela été un super temps de dialogue.

Le dynamisme du groupe était palpable aux travers nos discussions avec Akley, Claudio, Sarabel, les « likes » de Romelinda, de Susana, de Taïsha et de Samuel, les commentaires sur les posts des uns et des autres. Ethan suivait nos publications, posait des questions. Il y avait une réelle synergie. Les rendez-vous virtuels, les messages sur le groupe What’s app CL VI, la bonne humeur, les mails, tout cela a donné du corps à cette résidence. Les échanges m’ont été très précieux.

Meeting with curator Sofia Olascoaga (studio visit part 2)

J’ai vraiment apprécié les studios visits des curateurs Sofía Olascoaga  and Miguel A. López. Nous avons eu un généreux partage. Au travers de mon écran, telle une interface, ils ont pu contempler mes travaux. Cela a été une fenêtre ouverte sur  de nouvelles pièces, de nouveaux matériaux utilisés et my work residency in progress. Ils ont pu voir la facture de mes dessins, la précision des traits de crayons, les détails de mes broderies et du crochet, des tissus. Dans mon travail, je questionne le rapport au corps et à l’essentiel, à l’intime, à la transmission, aux matériaux. Les œuvres ont témoigné d’elles-mêmes. Et, nous nous sommes compris. Les curateurs ont pu me donner de précieux conseils sur des matériaux à explorer, des artistes faisant échos à mon travail et surtout leurs regards d’experts sur mon travail.

Durant les conversations live, j’ai pu rentrer en profondeur dans les œuvres des artistes, comprendre la démarche des uns et des autres, connaître leurs questionnements et leurs histoires. Il y a eu beaucoup respect envers chacun, envers nos parcours et nos travaux. Cela a été un beau moment.

Cette édition virtuelle ouvre le champ des possibilités. Elle nous a réunit dans ce monde en construction continue, le virtuel.